Compilation d’Avis Sur Les Déshumidificateurs

Les avis sont unanimes, à la fois chez les médecins et les professionnels de santé ainsi que chez les particuliers qui vivent dans des régions humides : les déshumidificateurs améliorent la qualité de vie, les conditions de travail mais aussi la santé des occupants au quotidien.

Au-delà des avantages liés à l’immobilier (maintenir la valeur de sa maison ou de son appartement en luttant contre la moisissure, par exemple), le fait de maîtriser le niveau d’humidité pour qu’il ne dépasse pas les 60% (et qu’il ne baisse pas en dessous du plancher de 45%) va protéger les particuliers et les travailleurs des problèmes respiratoires et allergiques, mais aussi de la sécheresse des muqueuse, de l’irritabilité et des migraines.

Nous vous proposons une compilation des avis sur les appareils de déshumidification dans le cadre de notre dossier comparatif déshumidificateur.

Que pensent les médecins et les professionnels de santé des déshumidificateurs ?

Il est de notoriété générale qu’un niveau d’humidité trop élevé ou trop bas est mauvais pour la santé. De nombreuses études expérimentales ont montré une multiplication des cas d’infections respiratoires, d’épisodes allergiques et de prolifération bactérienne lorsque le niveau d’humidité est en dessous de 40% ou supérieur à 70%. Neuf études épidémiologiques menées principalement en Europe et en Amérique du Nord se sont intéressées à la relation entre le taux d’humidité et la maladie. Cette dernière variable a été appréhendée par l’absentéisme au travail ou à l’école.

Résultat : les jeunes élèves et les travailleurs qui s’absentaient le plus pour cause de maladie étaient ceux qui habitaient des environnements particulièrement humides.

D’autres études ont également démontré une relation directe entre la taille des populations d’acariens et de champignons allergènes et le niveau d’humidité. Ainsi, les acariens se reproduisent au maximum lorsque l’hygrométrie est égale à 80%. De même, l’écrasante majorité des champignons allergènes ne peuvent se développer que si l’humidité ambiante dépasse 60%.

L’avis des médecins et des autres professionnels de la santé est donc clair : pour évoluer dans un environnement sain qui ne favorise pas l’allergie ou les pathologies respiratoires, il est impératif de maîtriser l’hygrométrie de son habitat et de son lieu de travail. D’ailleurs, pour évaluer la qualité de l’air, c’est l’hygrométrie que l’on calcule en premier.

Les nombreuses études qui se sont intéressées à l’hygrométrie convergent vers une même conclusion : les effets néfastes sur la santé causés par l’humidité relative sont réduits au minimum en maintenant les niveaux intérieurs entre 45% et 60%.

Le docteur Marny Benjamin est médecin urgentiste au Methodist Hospital de Houston, aux Etats-Unis. Elle explique les effets d’un niveau d’humidité trop élevé sur la santé. « La transpiration est l’un des principaux moyens de refroidissement du corps. Mais par temps humide, la transpiration s’évapore plus difficilement dans l’air. C’est de là que vient la sensation de chaleur et de collant. La sueur repose sur notre peau et ne s’évapore pas dans l’air. Par conséquent, notre corps continue de transpirer, plus que de raison, mais on ne ressent aucun soulagement. En fin de compte, un taux d’humidité élevé met le corps en surchauffe pour qu’il se refroidisse. Et avec tout ce travail supplémentaire, la température du corps continue d’augmenter. »

Interrogée sur les bonnes habitudes à adopter pour lutter contre l’humidité en été, le docteur Benjamin explique : « Lorsque la chaleur et l’humidité sont élevées, la façon la plus facile de se protéger est de rester dans un endroit climatisé et frais. Garder l’air sec peut aussi vous aider, vous et votre corps, à vous rafraîchir plus facilement, mais attention à ne pas trop assécher l’air. Je recommande d’essayer un déshumidificateur domestique. Ils sont conçus pour éliminer l’humidité de l’air tout en gardant l’hygrométrie à des niveaux confortables pour l’homme. Si rester à l’intérieur n’est pas une option, il est important d’être préparé avant de sortir. Sachez également que certains médicaments peuvent avoir un impact sur la capacité de votre corps à se refroidir. Par exemple, les antihistaminiques que certaines personnes prennent pour des allergies peuvent nuire à la capacité de votre corps à se rafraîchir efficacement. Assurez-vous de bien lire les effets secondaires de vos médicaments ou de consulter votre médecin traitant si vous remarquez que votre corps devient brusquement vulnérable à une hygrométrie problématique, que ce soit par temps froid ou en été. ».

Témoignages d’utilisateurs ayant adopté la déshumidification à la maison

« J’avais beau aérer mon atelier, l’humidité reste problématique, mes outils avaient tendance à rouiller rapidement et mon stock de bois étaient souvent dans un piètre état. Après avoir essayé des solutions naturelles comme le chlorure de calcium, je me suis dirigé vers un déshumidificateur électrique. J’ai pu faire stabiliser le niveau d’humidité à 55% en permanence. J’ai gagné en productivité, en qualité mais aussi en confort », nous raconte ce menuisier.

« Depuis que nous avons déménagé dans une ville côtière, toute la famille souffre de quelques problèmes respiratoires, avec des épisodes d’asthme allergique chez nos deux enfants de 4 et 9 ans. Il faut dire que l’humidité est souvent au-dessus de 75% car en plus de la mer, nous habitons à proximité d’un barrage. Depuis que j’ai pris un déshumidificateur à compresseur, je recueille environ cinq litres d’eau par jour pendant l’hiver. La différence est radicale ! », témoigne ce père de famille.

« Conduire au petit matin, à 5° maximum, avec un brouillard épais, des sièges qui sentent le moisi et une buée intérieure constante est un risque que je n’étais plus prêt à prendre chaque matin. J’ai donc opté pour un petit déshumidificateur à recharges. Je le laisse dans la voiture jusqu’au matin. C’est plus prudent, plus confortable et ça protège l’habitacle des dégradations dues à l’humidité », raconte ce chauffeur de taxi.